Les 3 étapes clés pour réussir les rétrospectives agiles

par

Accueil > Blog > Techniques d'animation > Les 3 étapes clés pour réussir les rétrospectives agiles

La rétrospective est l’un des piliers du succès d’une organisation agile. Elle constitue la phase d’analyse de la boucle d’amélioration continue. C’est le moment de se pencher sur le déroulement de la période écoulée et d’en tirer des leçons. Les rétrospectives permettent de dissiper les tensions et de renforcer les liens. De plus elles consolident la confiance au sein de l’équipe et améliorent les pratiques. Les vertus sont tellement nombreuses qu’il est impensable pour toute équipe qui souhaite travailler en itératif de faire l’impasse. Or, beaucoup d’équipes agiles disent que cela ne fonctionne pas, que les rétrospectives ne servent à rien et qu’il faut les restreindre au strict minimum. Je vous propose de nous pencher sur les composantes qui participent au succès cette cérémonie agile.

Démarrage de la rétrospective : se mettre en situation

Passer d’une posture professionnelle où on mesure chaque mot, à un moment d’ouverture avec ses équipiers n’est pas instantané. Le coach doit créer cette prédisposition à l’échange honnête avant de démarrer la rétrospective agile.

Avant de commencer, il faut donc choisir une salle de réunion différente de celle où l’équipe se réunit habituellement.

Au démarrage, pour réussir votre rétrospective agile il y a un exercice imparable : l’icebreaker. L’icebreaker permet de détendre l’atmosphère au sein d’une équipe. Quand on commence par se dire des remerciements, compliments ou bravos pour ce qui s’est déroulé lors de la session suivante, l’humeur de tous est tout de suite meilleure.

La suite de la séance suit le schéma de base de toute séance de design thinking.

Identifier le(s) sujet(s) à traiter durant la rétrospective agile

Rétrospective tableau remplis de post-its
Shares

Diverger

L’animateur de la rétrospective doit interroger les participants sur les différentes difficultés ou les axes d’amélioration qu’ils aimeraient traiter.

Pour cela tous les moyens sont bons. Le coach peut s’inspirer du film/série tendance en ce moment, un conte d’enfance, se projeter dans le futur, avoir des super pouvoirs, … La seule limite est l’imagination.

Ces mises en situations permettent de débrider la parole. Poser la question de recueil des points durs différemment à chaque rétrospective permet de recueillir à chaque fois des sujets différents.

Vous pouvez soulever plusieurs catégories de sujets à cette étape : vision/mission, les rôles et responsabilités, valeur, vélocité, les processus, la collaboration, l’équipe, ses compétences, ses effectifs, l’ambiance, …

Personnellement, je choisis souvent de laisser un temps de réflexion individuel avant tout échange de groupe (1 min environs). Cette étape permet que chacun trouve ses propres idées plutôt que de focaliser sur les 2/3 premières idées formulées par un autre membre du groupe.

Attention, si les retours sont toujours les mêmes d’une séance sur l’autre c’est que vous ne traitez pas réellement les sujets ou que vous ne variez pas assez les questions.

Converger

A présent que le mur est recouvert de post-its des différents sujets, vous pouvez les regrouper : si plusieurs soulèvent la même question il faut les grouper.

Ensuite les participants se mettent d’accord sur un ordre de priorité pour traiter les sujets.

Cette étape peut se faire à l’unanimité, vote à la majorité ou encore dot voting.

Traiter les sujets : plan d’action de la rétrospective agile

Personnes autours d'une table en train de traiter les sujets et de réaliser le plan d'action de la rétrospective
Shares

Diverger

Comme pour soulever les sujets à traiter, la partie résolution doit commencer par le fait de soulever les différents axes d’action.

Chacun propose les actions que l’équipe pourrait mettre en oeuvre pour adresser la problématique.

Converger

Bravo ! Arrivés à cette étape vous avez identifié plusieurs actions qui permettent à votre équipe de travailler dans des meilleures conditions !

A présent, il ne vous reste que la dernière étape. Celle qui donne un sens à tout ce qui a précédé. Vous devez identifier les actions qui vous donnent le plus de résultats en le moins d’efforts possibles.

Cette étape très importante est souvent bâclée en rétrospective. Or, lorsqu’elle est mal réalisée, les actions ne sont jamais mises en oeuvre, et donc tout ça n’a servi à rien.

Donc, pour réussir votre rétrospective agile, n’oubliez jamais de prendre le temps de définir la ou les actions à mettre en place dès la prochaine itération. Chacune de ces actions doit soit avoir un porteur et une date de fin soit intégrer le backlog.

Voilà votre rétrospective est terminée. Il ne vous reste plus qu’à faire un ROTI et démarrer la prochaine itération.

Idées de rétrospectives

Si vous cherchez de l’inspiration pour vos rétrospectives, je vous propose d’aller regarder dans notre onglet faisons de l’agile ou de consulter ce livre. Les deux détaillent le pas à pas de l’animation des rétrospectives.

Qui anime la rétrospective

La rétrospective est généralement facilitée par un coach agile ou le scrum master de l’équipe. Avec le temps, des membres de l’équipe peuvent souhaiter faciliter cette cérémonie. C’est une bonne expérience pour eux et peut apporter une dynamique favorable pour la créativité. Donc il ne faut surtout pas se brider de ce côté-là.

Conclusion

N’hésitez pas à prendre du plaisir en équipe à réaliser cette réunion. Réussir la rétrospective agile permet de créer des liens qui ne se créent pas autrement. Cela favorise l’autonomisation des équipiers et leur responsabilisation. Car les décisions prises lors de cette réunion façonnent la vie de l’équipe par la suite.

Produits qui pourraient vous intéresser :

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Inscrivez-vous à notre newsletter !

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Inscrivez-vous pour être notifié des nouveaux articles postés ;)

Bravo, vous êtes inscrits !

Pin It on Pinterest