Accueil > Blog > Créons le lien > Sortir de sa posture professionnelle dans le milieu pro ?

Sortir de sa posture professionnelle dans le milieu pro ?

par | Mar 16, 2021 | Créons le lien | 0 commentaires

Partagez ce contenu !

J’ai pu croiser dans mes différentes expériences deux types de personnes. D’un côté celles qui s’ouvrent sans problème dans un milieu professionnel. Elles parlent facilement de leur vie, et vont intégrer à celle-ci leurs collègues. D’un autre côté, certains ne souhaitent pas s’ouvrir et conserver une posture professionnelle essentiellement. Les discussions au travail ne concernent que le travail. Personne ne saurait dire qui elles sont vraiment. Voyons quels sont les impacts de ces deux comportements. Faut-il rester professionnel dans le milieu professionnel ?

posture Professionnelle à tout prix

Les individus ayant une posture purement professionnelle formelle au travail souhaitent être pris au sérieux en toutes circonstances. En effet, en ne parlant que de sujets sérieux, ils s’assurent que chacun les écoute et leur accorde l’attention due à l’importance des sujets abordés. Contrairement à d’autres ils ne parlent pas de futilités.

Ensuite, les personnes à l’attitude professionnelle formelle souhaitent être plus productives. A leurs yeux chaque pause est l’occasion d’une discussion professionnelle qui fera avancer le travail. Cela leur permet de montrer leur motivation, leur sérieux et capacité à saisir les opportunités et ainsi monter rapidement dans la hiérarchie.

Il est facile de reconnaitre les personnes formelles. En cohérence avec leur attitude et leurs discussions, ils arborent un uniforme professionnel au quotidien : chemise, costume ou encore tailleur. Ils réussissent à construire une cloison étanche entre leur vie professionnelle et personnelle.

Cependant, le côté sérieux de ces personnes peut être perçu comme froid par leur collègues. Dès lors, personne ne pensera à leur adresser la parole en dehors de sujets de travail. Car tous perçoivent leur conversation comme ennuyeuses et les personnes formelles comme rabat joie.

Malgré ses efforts à masquer sa vie privée et rester professionnelle au bureau, l’humain aime l’humain. Et si on ne dévoile rien, l’imagination fait son chemin. Donc les personnes formelles favorisent les rumeurs par leur attitude secrète et parfois bien plus que ceux qui parlent ouvertement d’eux-mêmes.

Enfin, dans un cadre social éloigné, les personnes avec des postures trop professionnelles formelles risquent l’isolement. Si on prend l’exemple de la crise sanitaire de la Covid-19, le télétravail s’est généralisé. Parmi les professionnels, les personnes ouvertes ont facilement conservé le lien avec leurs collègues là où les autres l’ont complètement rompu. Or, lorsque cette phase sera terminée et que tout le monde rentrera au bureau, les liens conservés seront très solides et ceux qui se sont isolés auront beaucoup de mal à réintégrer les groupes.

Il faut se détendre ou la posture informelle

Les individus informels sont plus sociables. En effet, la majorité d’entre-nous nous sentons plus proches des gens qui nous dévoilent une part d’humanité. Nous apprécions également découvrir des point d’intérêt communs avec notre entourage.

Les personnes informelles sont complètement différentes. Certaines racontent tout de leur vie intime sans aucun filtre au risque de mettre mal à l’aise avec certains sujets. D’autres dévoileront seulement quelques parties d’elles même tels que leurs loisir ou la bêtise du petit dernier en classe.

Cette sociabilisation crée deux choses intéressantes :

  • Du lien entre des individus professionnels, la collaboration au quotidien s’en trouve facilitée.
  • Une ambiance au travail voir des amitiés. Les membres prennent plaisir à venir au bureau. Le travail perd son aspect uniquement alimentaire afin de faire partie intégrante de la vie de chacun. Quand on y passe 8 heures par jour c’est tout même important.

Le revers de la médaille c’est que :

  • Quand il y a un problème personnel entre deux personnes, l’ambiance s’effondre, les relations s’enveniment et des clans peuvent se créer.
  • Parfois, la sociabilisation peut prendre le pas sur la partie professionnelle. Les équipes perdent en productivité et gagnent en bavardages superflus.

Des leaders dans les deux camps

S’il y a bien une preuve qu’aujourd’hui personne n’est capable de choisir la posture professionnelle idéale, c’est bien le comportement des leaders. En effet, les leaders peuvent aussi bien être 100% formels ou informels. Les premiers sont respectés pour leur professionnalisme et leur sérieux, les autres sont appréciés pour leur potentiel à fédérer et créer des équipes dynamiques et soudées.

Le manager leader doit s’intéresser aux autres

Il y a une subtilité à prendre en compte dans ces postures professionnelles formelles ou informelles. Il y a une différence entre ce que l’on livre en s’ouvrant et ce que l’on apprend de l’autre. Or, l’écoute est une chose indispensable dans tous les cas. Et même si l’on souhaite rester professionnel, il ne faut pas rejeter le côté informel des autres.

Je pense notamment aux managers. On ne peut pas être manager sans s’intéresser profondément aux autres, y compris leur vie. J’ai connu d’excellents chefs de projet insensibles aux évènements de vie de leurs collaborateurs. Ils étaient professionnels, rigoureux et sérieux mais finissaient par perdre leurs équipes qui se sentaient incomprises. Les collaborateurs avaient l’impression d’être réduits au statut de ressource exploitable comme un ordinateur ou un stylo.

Conclusion

Le milieu professionnel reste un milieu humain, où des personnes avec des vies différentes se côtoient. Que les personnes soient introverties ou extraverties, elles doivent interagir et donc créer un lien social.

Faire le choix de s’enfermer dans une posture professionnelle formelle permet de protéger sa vie personnelle, et de créer une image sérieuse. C’est une tactique beaucoup utilisée par les jeunes managers qui n’est pas viable si l’on souhaite créer un environnement soudé où tout le monde se sent bien.

On ne peut pas attendre des autres de réaliser cela sans y mettre du sien non plus. Personnellement, je pense qu’il est nécessaire de s’ouvrir soi-même pour que d’autres puissent s’ouvrir créant ainsi une relation équilibrée.

Nicolas Escartin
Nicolas Escartin

Consultant en Management, curieux il recherche sans arrêt le moyen d’apprendre de nouvelles choses.
Co-fondateur et Président de CreaSila.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Nous suivre sur les réseaux


Quel Manager de Dix pour cent êtes-vous ?


Ne ratez aucun article !


Inscrivez-vous à notre newsletter !

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Inscrivez-vous pour être notifié des nouveaux articles postés ;)

Bravo, vous êtes inscrits !