Accueil > Blog > Créons le lien > Squid games dans le monde de l’entreprise

Squid games dans le monde de l’entreprise

par | Nov 2, 2021 | Créons le lien | 0 commentaires

Partagez ce contenu !

La saison 1 vient de s’achever et je croise les doigts pour qu’il y en ait une deuxième ! De quoi je parle ? Mais de Squid Games bien sûr. LA série la plus regardée sur Netflix en ce moment. Et comme je suis originale, je l’ai regardée aussi. D’ailleurs, si ce n’est pas encore votre cas, je vous déconseille de lire la suite. Dans cette série qui se veut une satyre de notre société, plusieurs adultes jouent à des jeux d’enfant. Seulement ici quand « t’es mort », tu es réellement achevé d’un coup de fusil.

Cette série est tellement riche en réflexions qu’on ne pouvait pas ne pas l’analyser. On vous propose donc une analyse de la série avec un œil de coach en organisation pour un regard différent sur les événements qui s’y déroulent.

La structure pyramidale évidente de Squid Games

numéro 001 : révélateur de l’organisation pyramidale

Structure Pyramidale

Le numéro 1 c’est dans la vie d’une entreprise la personne la plus importante. C’est celui qui a le plus de poids dans les décisions, réunions et autres événements. Généralement c’est le PDG.

La rumeur dit que Steve Jobs aurait fait un scandale car son immatriculation dans l’entreprise était 2 et non pas 1.

Dans Squid Games le numéro 1 est un vieil homme attachant, doux, atteint d’une tumeur au cerveau qui participe à ce jeu inhumain.

Cet homme est à la fois le grand patron et un simple participant. Il semble faire partie de ce monde « égalitaire » qu’il a créé alors qu’on se rend compte au fil des épisodes qu’il a des passe-droit dont aucun autre participant ne bénéficie ni n’a connaissance. Notamment il y a une scène qui m’a clairement marquée, où les gens s’entretuent et hurlent à l’aide sans déclencher l’intervention des gardes. Tandis que, dès qu’il se met à crier pour mettre fin à la tuerie là ils interviennent.

Cela représente bien le monde de l’entreprise d’aujourd’hui. Les patrons participent à la vie de l’entreprise, ils peuvent être proches des équipes et mouiller le maillot à l’occasion. Pourtant, lors d’un vote leur voix pèsera toujours plus lourd. Leurs initiatives sont validées par une ou deux personnes puis lancées. Alors que celles d’un collaborateur lambda doivent passer par tous les étages de la hiérarchie avant d’être entendues …

Les autres numéros : le bas de la pyramide

Chacun se bat pour sa survie. Entre ceux qui comptent sur eux-mêmes, ceux qui demandent de l’aide, ceux qui menacent et violentent les autres et ceux qui rémunèrent leurs services on retrouve une critique assez réaliste du monde réel de l’entreprise.

L’égalité pour exister voudrait que tout un chacun joue le jeu et respecte le déroulement des évènements. Or, on se bat tous à armes non égales. Nous sommes tous plus forts dans un domaine et avons besoin d’aide sur un autre. A partir de là, il faut compléter ce qui nous manque comme on peut. Soit on se résigne, soit on demande, échange avec les collègues ou on les force par un mail avec le N+1 en copie.

Les animateurs : des managers dans la pyramide

Animateur Squid Games

Pour s’occuper de tous les joueurs, il y a les hommes masqués. Il y a ceux qui managent les participants directement : les ronds. Ceux au dessus : les triangles et finalement les carrés qui ont le « privilège » de servir les patrons en plus d’être les supérieurs des triangles.

Chacun a son petit pouvoir mais reste à la merci de ses supérieurs. Ces derniers peuvent décider de leur sort sur un coup de tête.

Les riches : des actionnaires ou des clients

Et puis il y a les riches : des gens dépravés, lassés de la multitude de distractions de ce monde. Ils sont là pour dépenser et parier (investir ?) leur argent dans une distraction supplémentaire. Tout le monde est à leur service dans le système. Que la vision soit partagée ou non et que la participation soit partagée ou non.

Les motivations dans Squid Games

Carré Triangle Rond

Dans cet écosystème, les motivations sont clairement de deux types :

  • extrinsèques pour les joueurs : on leur fait miroiter un gain financier important (la carotte) et on les menace de mort (bâton).
  • extrinsèques pour les hommes masqués : ils ont le choix entre suivre les ordres et obtenir leur salaire ou mourir en cas d’écarts.
  • intrinsèques pour les organisateurs et clients : ils sont là pour se divertir principalement.

Cette différence fait apparaitre une chose : les motivations intrinsèques permettent de tenir sur le long terme, alors que les motivations extrinsèques sont efficaces dans l’urgence mais ne permettent pas de durer.

En effet, ce jeu a l’air d’exister depuis des décennies, et continuera. Cela est poussé par les motivations intrinsèques des organisateurs et des clients.

Par contre, un vainqueur ne voudra plus y participer (turn over), voire ne pas utiliser les gains dans le cas de 456.

Squid Games et Le travail d’équipe

Lors des épreuves de Squid Games, on remarque que le travail en équipe paye davantage que d’être seul. Quelle que soit l’épreuve les alliances sont profitables.

Mais quelles alliances ?

D’un côté il y a la technique de « l’expertise » : constituer une équipe pour un objectif précis. Quand on connait à l’avance l’épreuve, on peut se dire que ça fonctionne parfaitement. Prendre que des hommes forts pour le tir à la corde est une bonne idée. En revanche, cette équipe doit être renouvelée à chaque épreuve et ne tient donc pas la diversité et donc la durée.

D’un autre côté, il y a l’équipe « généraliste », moyenne partout, mais surtout mauvaise nulle part ! Ce genre d’équipes moins performantes pour un objectif précis l’est par contre pour l’objectif : « être en mesure de réussir un maximum d’épreuves ensemble ». En plus, ce genre d’équipe est plus propice à l’autogestion !

Dans une entreprise, on va privilégier cette catégorie d’équipes car elle pourra tenir sur le long terme grâce aux forces des tous. Mais en cas de crise, on pourra toujours faire intervenir un expert temporairement pour la résoudre.

A la sortie il n’y a qu’un gagnant

Quand on y réfléchit bien, les vrais gagnants dans ce jeu sont les riches parieurs. Ils accomplissent leur désir de distraction et en ont pour leur argent.

Pour les joueurs nous avons là la grande différence avec le monde réel. Ce jeu remplit toute leur existence tant qu’ils y participent. Et la grande majorité y perd tout, même la vie.

Le travail n’est qu’une partie que notre quotidien. On peut se construire une vie en parallèle. Entre les loisirs, la famille, les amis et nos projets personnels, la vie professionnelle est somme qu’une fraction de notre vie et c’est tant mieux ainsi.

En conclusion

Il y a une multitude d’axes d’analyse possibles pour Squid Games comme la psychologie, les interactions humaines, la stratégie, etc. J’ai fait le choix de porter un regard sur mon expertise : l’organisation et encore il y aurait bien plus à dire !

Finalement cette série, bien que dystopique avec des personnages très caricaturaux, est une pépite quant aux réactions et la cohérence des comportements.

Et vous qu‘avez-vous pensé de cette série et de ses enseignements ?

Bouchra Benkassem
Bouchra Benkassem

Coach et Formatrice Agile depuis 2014.
Co-fondatrice et Directrice Générale de CreaSila.

Certifications :
PSM1 (Scrum.org), SPC (SAFe), PMPO (SAFe)

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Nous suivre sur les réseaux


Quel Manager de Dix pour cent êtes-vous ?


Ne ratez aucun article !


Inscrivez-vous à notre newsletter !

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Inscrivez-vous pour être notifié des nouveaux articles postés ;)

Bravo, vous êtes inscrits !