Accueil > Blog > Parlons Agile > La méthode agile est une imposture pour rassurer les dirigeants

La méthode agile est une imposture pour rassurer les dirigeants

par | Mai 18, 2021 | Parlons Agile | 0 commentaires

Partagez ce contenu !

Il y a une expression qui me fait saigner des oreilles à chaque fois que je l’entends. Il s’agit de l’expression “méthode agile”. Et vu mon métier de coach/formateur agile je peux vous dire que je l’entends tous les jours. Ce que je n’aime pas dans cette expression est le mot “méthode”. Il implique que l’Agile est autre chose qu’un état d’esprit.

Pourquoi nous persistons à chercher la méthode ?

Parce que la méthode nous permet de résoudre le Rubik’s Cube, à cuire des cannelés à la perfection ou monter un meuble en kit.

Ensemble de démarches raisonnées, suivies pour parvenir à un but

Définition de méthode selon Le Robert
Connaître une méthode peut s'avérer utile ...
Connaître une méthode peut s’avérer utile …

C’est tout même bien confortable de suivre un ensemble de démarches pour atteindre ses objectifs. Il n’y a pas besoin de réinventer la roue ni de s’adapter aux différentes contraintes environnementales.

Lorsque mon objectif est la propreté de mon linge, je suis moi-même contente que la méthode ait été réfléchie, optimisée et automatisée pour mon confort. Je mets mon linge dans la machine et je sélectionne la méthode adéquate. Je n’ai pas besoin de réfléchir à la température, durée ou encore nombre de tours/minute de chaque étape du lavage.

Mon côté paresseux est attiré par les méthodes qui me permettent de gagner du temps. Et les technologies nous permettent d’automatiser tellement d’actions qui simplifient notre quotidien.

En fait les méthodes nous dispensent de réfléchir et encore mieux de prendre des décisions. Si cela ne fonctionne pas c’est la méthode qui n’est pas aboutie pas notre réflexion. Ainsi nous n’avons plus à décider, faire des choix et renoncer lorsqu’on s’appuie sur une méthode.

la méthode déshumanise

Du coup, quand on me pose des questions sur la méthode agile j’ai l’impression qu’on me demande une recette. Au même titre qu’on me demanderait la recette du couscous royal. D’ailleurs saviez-vous qu’au Maroc on ne met pas de merguez dans le couscous ? Pourtant de nombreuses personnes et restaurants ne s’en privent pas.

Lorsqu’on applique une méthode, on exige un mode d’exécution. Or, en cuisine, l’humain prend des libertés selon ses goûts, ses expériences, ses préférences. Le robot quand à lui ne fait pas cela.

Parler de méthode d’organisation c’est considérer que l’exécution sera réalisée selon les étapes décrites. Donc que les humains qui font partie de l’organisation sont tous semblables. Qu’ils ont les mêmes pensées, valeurs et compétences. Que chacun exécutera la méthode de la même façon qu’un autre. En gros, qu’ils sont interchangeables.

Pourtant nous parlons bien d’humains et pas de robots…

D’où vient la réflexion

Donc si on cherche une méthode agile, on cherche la méthode éprouvée, validée, infaillible. Celle à laquelle on peut faire confiance pour atteindre les objectifs de l’entreprise.

Elle est donc sensée venir d’experts ou de la littérature. Elle nous est enseignée par un formateur ou à l’école. Nous nous appuyons donc sur la réflexion théorique d’un autre ou son expérience pour nous guider vers le seul chemin.

Le Growth Hacking est un exemple typique d'espérance dans une méthode ...
Le Growth Hacking est un exemple typique d’espérance dans une méthode …

La méthode, c’est le chemin, une fois qu’on l’a parcouru.

Marcel Granet

On compte sur les experts pour réfléchir à notre place. Nous suivons celui qui a le plus de publications ou celui qui manipule le mieux les médias et le marketing pour vendre sa formule (son régime) miracle.

Puis nous perpétuons ce que nous connaissons. L’ouvrier ou le cadre devient manager puis directeur. Il impose sa méthode à ses successeurs. Ainsi nous reproduisons depuis des générations des pratiques potentiellement discutables.

Finalement, la peur d’expérimenter et de se tromper nous pousse à rester dans la zone de confort des méthodes.

EMPIRISME

Or, chaque être humain est différent de son prochain. Il a des idées différentes. Il a des pratiques et des usages différents.

Dans l’organisation d’une équipe, souhaiter appliquer une méthode (agile) est vain. Certaines équipes fonctionneront de façon idéale, naturellement dans une certaine organisation quand avec d’autres plusieurs dysfonctionnements vont apparaitre.

Et c’est là tout le pouvoir de l’empirisme. Expérimenter des pratiques, puis se les approprier, les modifier pour atteindre son meilleur fonctionnement vous permettra de trouver votre méthode. Celle qui fonctionne à un moment avec une équipe pour réaliser un objectif.

Changez d’équipe ou d’objectif et la méthode montrera de nouveau des défaillances.

Vision plutôt que méthode

Mais dans ce cas comment procéder ? Par où commencer ? En se souvenant du pourquoi. Pourquoi l’équipe a été constituée ? Pour atteindre quel objectif ? Répondre à quel besoin ? Accomplir quelle vision ?

L’équipe a (si vous l’avez bien constituée) les compétences nécessaires pour atteindre cet objectif. Il n’y a qu’à définir un premier objectif atteignable commun et commencer à travailler. Au bout d’une courte période : 2 semaines à 1 mois réunissez l’équipe pour inspecter l’avancement et les difficultés. Définissez des actions d’ajustement pour ces difficultés et c’est reparti.

Vous pouvez également vous informer sur les différentes pratiques d’animation d’équipe. Cela vous servira de point de départ et d’inspiration pour votre amélioration continue.

Une question de confiance / motivation

Lorsqu’on définit des objectifs projet, la bonne pratique consiste à identifier des indicateurs qui évaluent leur atteinte. Cette pratique est à double tranchant. En effet, d’un côté elle peut motiver l’équipe à se dépasser et les orienter dans la bonne direction. Elle peut également avoir des dérives lorsque les critères d’évaluations deviennent plus importants que l’objectif.

Ne pas confondre objectif et contrôle !
Ne pas confondre objectif et contrôle !

Beaucoup d’équipes “agiles” estiment leurs réalisations en points d’effort.

Lorsqu’elles sont objectivées sur un nombre de points à réaliser sur la période, ces équipes sont tentées de gonfler le nombre de points lors de la phase d’estimation. Ainsi elles sont sûres d’atteindre leur objectif de points.

Je me suis retrouvée souvent (en début de mission) dans des réunions où développeurs et product owner débattaient du nombre de points d’une fonctionnalité. Ils oubliaient tous les deux que l’objectif réel était de réaliser des fonctionnalités pour l’utilisateur final et non les points.

A ce débat ce n’est que perdant perdant : soit le PO baisse le nombre de points : il surcharge le sprint et l’équipe bâcle le travail pour livrer dans les temps. Soit l’équipe gagne et le PO choisit les réalisations pour optimiser les points au lieu de prioriser pour optimiser la valeur livrée au client final.

Mon vécu

Les critères d’évaluations dérivent généralement lorsque leur objectif est de contrôler le travail, l’investissement et la productivité des équipes. Ces indicateurs sont en effet très faciles à duper. Lorsque l’objectif est l’amélioration des ventes, la satisfaction client, l’atteinte d’une vision … il est bien plus motivant et compliqué à contourner.

L’agile n’est pas une recette

L'agile n'est pas un livre de recette !
Agile n’est pas un livre de recette !

L’agile est un état d’esprit, une culture qui permet aux équipes et au client de collaborer pour réaliser un produit qui apporte de la valeur au client.

Plusieurs pratiques facilitent la mise en place de l’agile au sein d’une équipe. Elles rapprochent, inspirent, cadencent, synchronisent les équipes et leur client. Toutes ces pratiques et frameworks sont d’excellentes sources d’inspiration parmi lesquelles le coach agile expérimenté vous aidera à piocher pour le bénéfice de votre entreprise.

Mais la grande avancée restera dans son accompagnement pour vous aider à vous approprier les pratiques ou en changer au fil de vos besoins et difficultés rencontrées. En adoptant une démarche empirique pour votre organisation vous prenez en compte les spécificités de votre projet, de vos clients, de votre environnement et des personnes qui y contribuent.

En conclusion

L’Agile promeut l’empirisme. L’empirisme est contraire à la méthode. Donc “méthode agile” est un oxymore.

Chercher une méthode infaillible lorsqu’on parle d’humain ne peut pas fonctionner. La plus grande richesse de l’humain est justement sa capacité à réfléchir, créer, innover. Pour faire fleurir ces talents, il est important d’adopter une démarche empirique et de permettre aux équipes de se construire son propre cadre de travail.

Techniquement, il est élégant de construire des modèles et des méthodes en théorie. Essayons juste de ne pas confondre théorie et pratique 😉.

Bouchra Benkassem
Bouchra Benkassem

Coach et Formatrice Agile depuis 2014.
Co-fondatrice et Directrice Générale de CreaSila.

Certifications :
PSM1 (Scrum.org), SPC (SAFe), PMPO (SAFe)

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Nous suivre sur les réseaux

************************

Quel Manager de Dix pour cent êtes-vous ?

Dix pour cent

************************

Ne ratez aucun article !

************************

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Inscrivez-vous pour être notifié des nouveaux articles postés ;)

Bravo, vous êtes inscrits !