Accueil > Blog > Créons le lien > Management par le point de bascule

Management par le point de bascule

par | Mar 30, 2021 | Créons le lien | 0 commentaires

Partagez ce contenu !

La stratégie d’entreprise est un monde passionnant. Il y a beaucoup de théories pour savoir comment construire une stratégie ou savoir quelle stratégie appliquer selon un contexte particulier. Or, dès lors que l’on se lance dans une stratégie, cela implique des changements voir des transformations complètes de la façon de travailler dans l’entreprise. C’est là qu’intervient le concept du management par le point de bascule. Il répond à la problématique suivante :

Comment réussir une transformation rapidement et sans ressource supplémentaire ?

J’ai découvert ce concept grâce à la nouvelle édition du bestseller Stratégie Océan Bleu de W. Chan Kim et Renée Mauborgne.

Transformation big bang ou progressive ?

J’ai eu l’occasion d’observer et de vivre plusieurs transformations, et s’il y a une chose que j’ai pu constater c’est que deux approches se font face : la stratégie big bang ou la stratégie progressive. Or, dans les deux cas il y a souvent des points de complexités qui mènent à l’échec.

La stratégie big bang

Dans la stratégie big bang, on transforme toute l’organisation d’un coup. On prépare tout en processus de transformation à mettre en œuvre, et le jour J on bascule de l’organisation précédente à la nouvelle organisation.

Avec cette façon d’aborder la transformation on obtient des résultats probants :

  • Après le temps de préparation nécessaire, on gagne du temps car on ne traîne pas derrière nous de vieux processus qui risquent de nous handicaper
  • On voit les effets rapidement, ce qui peut booster le moral des collaborateurs
  • On évite les coûts des « double runs » c’est à dire des équipes à 2 vitesses entre ancien et nouveau processus qui nécessite d’augmenter la charge des équipes

En revanche on peut y constater beaucoup de pertes :

  • Le temps de préparation est potentiellement long si on veut le faire correctement. On peut tomber dans un effet tunnel durant la période où l’on prépare le big bang, les processus existants ont évolué et le passage vers les processus cible doit être reconstruit.
  • L’effet d’un big bang sur les collaborateur est catastrophique. Chambouler en une journée plusieurs années de façons de travailler, de culture d’entreprise est rarement bien vécu.
  • C’est une approche prenant peu en compte l’humain et son besoin de comprendre et d’accompagnement au changement.
  • En cas d’erreur, toute l’entreprise essuie les pots cassés, ce qui peut être coûteux à terme.

Sink or swim

La stratégie progressive

La stratégie progressive par opposition au big bang est une approche où l’on va commencer la transformation par une petite partie de l’entreprise puis l’étendre au fur et a mesure.

Les avantages de cette approche, en opposition au big bang sont :

  • Plus de douceur pour vivre le changement en tant de collaborateur
  • On évite l’effet tunnel et on peut réajuster la trajectoire au fur et à mesure
  • On ajuste la stratégie avec l’expérience : les erreurs initiales sont « subies » par un groupe restreint.

Par contre cette approche n’est par exempt d’inconvénients :

  • C’est une approche coûteuse. Plus on passe de temps dans la phase transitoire moins vite on gagne. En plus cela nécessite des ressources supplémentaire pour assurer l’ancien et le nouveau processus en parallèle.
  • On peut passer trop de temps en phase transitoire et ne jamais la mener à terme. Ce qui crée sur le long terme une coexistence de processus tous issus de stratégies différentes voire contradictoires.

Une approche entre deux ?

Le point de bascule est une approche qui va se positionner entre les deux stratégie évoquées. En effet, elle va avoir pour but une action progressive mais sans ressources supplémentaires et avec une rapidité proche du big bang !

Le point de bascule, qu’est-ce ?

Pour introduire ce qu’est le point de bascule, voilà une citation de Malcolm Gladwell, celui qui diffuse largement l’approche depuis 2003 :

De petits changements peuvent avoir des effets considérables. Tout dépend du moment où les changements sont apportés et de la manière dont ils sont faits.

Malcolm Gladwell, Le Point de bascule

Le principe du point de bascule est importé de l’univers de l’épidémiologie.

Avec la crise sanitaire de la Covid-19 nous avons tous conscience de la capacité d’une maladie à devenir une épidémie voire une pandémie. Il suffit de pas grand chose. Il faut des personnes contaminées, et un taux de contamination du virus suffisamment important pour qu’il se propage rapidement. Dès lors qu’il y a suffisamment de personnes contaminées, alors il y a de grandes chances pour que toute la population le devienne.

Voilà ce qu’est le principe du point de bascule : atteindre une masse critique transformée dans une entreprise pour que cela fasse effet boule de neige et que la transformation s’étende à l’entreprise entière.

Management par le point de bascule

Le management par le point de bascule va donc être d’utiliser le principe du point de bascule dans un contexte organisationnel pour repenser le leadership d’une transformation.

Pour cela commençons par utiliser le principe de Pareto : 80% des effets sont produits par 20% des causes. Grâce à cette approche on est capable d’identifier les zones de l’entreprise qui sont les plus à même de créer beaucoup de résultats. Par zone, j’entends :

  • Les processus à haut potentiel : le processus existants et cibles qui sont les plus efficaces (par exemple depuis la WII, Nintendo a identifié que lors de la conception de leurs nouvelles consoles de jeux, la réflexion sur l’innovation donne plus de résultats que celle sur la puissance). Donc on alloue des ressources venant de processus à moindre potentiel aux processus à haut potentiel. Grâce à cela la transformation a lieu sans surcoût.
  • Les collaborateurs influenceurs constituent un effet de levier intéressant. On se concentre sur eux pour mener la transformation, le reste de l’entreprise suivra plus facilement.
  • Les collaborateurs leaders : on déclenche le besoin de changement en les confrontant aux problématiques terrain. Et on les mets ensuite en position de mener le changement en embarquant les autres avec eux.

Attention à la maitrise du point de bascule

De la même manière qu’une épidémie, il ne s’agit pas ici de perdre le contrôle.

D’abord, le point de bascule n’est pas un effet papillon. En effet, l’un est régi par trouver un déclencheur et l’accompagner jusqu’à l’objectif lorsque l’autre est issu de la théorie du chaos sur laquelle nous n’avons pas de levier.

Ensuite, mettre en place l’effet de bascule peut créer deux phénomènes qu’il va falloir éviter.

Le premier phénomène est illustré par le « téléphone arabe » ou le principe de rumeur. Je ne sais pas si vous vous êtes déjà amusés à l’école à créer des rumeurs et les voir se répandre. Dans tous les cas, ce qu’on peut en retenir c’est qu’une rumeur ne nous appartient pas. Elle va s’amplifier, se modifier et peut-être même se retourner contre nous. C’est pour cela que manager le point de bascule doit passer par une totale transparence entre les acteurs et de la formation pour éviter cet effet indésirable.

Le deuxième phénomène est illustré par les fake news sur les réseaux sociaux. La problématique ici c’est qu’il est quasiment impossible de sortir d’un groupe de pensée. Lorsqu’on est dans un groupe, les robots des réseaux sociaux vont nous pousser les informations que le groupe en question a l’habitude de consulter. Mais les robots ne font qu’accentuer un phénomène existant dans la société, ou une entreprise. Dès lors que plusieurs personnes se côtoient et partagent souvent les même idées, alors l’ouverture sur de nouvelles idées, ou des idées contradictoires est très difficile. Cette difficulté peut être évitée en repérant ces groupes, et en identifiant si les leaders pourront être moteur de la transformation ou non. Si ce n’est pas le cas, la solution sera alors de casser ce groupe.

En conclusion

Le management par le point de bascule, est une approche réellement efficace pour mener une transformation à grande échelle rapidement et sans ressource supplémentaire.

Savez-vous identifier dans votre entreprise ou votre équipe des tâches qui donnent de très bons résultats ? D’autres qui sont moins performantes ? Allez-vous essayer l’approche par le point de bascule pour améliorer vos résultats ?

Nicolas Escartin
Nicolas Escartin

Consultant en Management, curieux il recherche sans arrêt le moyen d’apprendre de nouvelles choses.
Co-fondateur et Président de CreaSila.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Nous suivre sur les réseaux

************************

Quel Manager de Dix pour cent êtes-vous ?

Dix pour cent

************************

Ne ratez aucun article !

************************

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Inscrivez-vous pour être notifié des nouveaux articles postés ;)

Bravo, vous êtes inscrits !