La désinformation

par

Accueil > Blog > Management & Leadership > La désinformation

Depuis quelques semaines, on entend régulièrement parler de désinformation dans les médias. Or, ce concept n’est jamais expliqué concrètement ni contextualisé. Certains confondent avec la mésinformation ou la « malinformation ». D’autres pensent comprendre ce dont il s’agit sans pour autant en saisir les ressorts et techniques. Pour ceux qui sont familiers avec le concept, j’ai hâte de lire vos compléments d’informations et exemples en commentaire. Je vous propose d’en savoir plus sur la désinformation.

Quelques définitions

La mésinformation

La mésinformation consiste à diffuser une information fausse que l’on pense vraie. C’est le cas de votre cousine lorsqu’elle vous fait suivre un message indiquant que Facebook va devenir payant dans 1 semaine si vous ne faites pas 2 pirouettes et le grand écart dans les 30 secondes qui suivent la lecture de ce message.

Les croyances et autres superstitions sont également de la mésinformation. Si vous découvrez que vous gagnez systématiquement au poker avec les amis le dernier samedi du mois. Vous pouvez supposer que c’est votre jour de chance récurrent. L’événement répété qui a permis cette croyance est pourtant aléatoire (vous avez oublié les autres samedis où vous avez gagné / les derniers samedis où vous avez perdu). Ou l’explication est ailleurs : le dernier samedi du mois, vous avez moins de sous sur votre compte et jouez plus prudemment que les autres jours.

La malinformation

Là il s’agit de la manipulation d’informations réelles. La malinformation consiste à présenter la réalité de façon à nuire à l’autre. C’est par exemple dire à quelqu’un qu’un type louche est en train de la regarder. L’information est vraie, mais en insistant dessus ça crée une peur chez l’autre. Ou encore dire à un jeune homme fier de sa chevelure : « tu sais que 2/3 des hommes connaissent une perte de leurs cheveux vers l’âge de 35 ans ? »

La désinformation

La désinformation consiste à faire circuler intentionnellement des fausses informations.

Le but est la plupart du temps mal intentionné. Il y a par exemple :

  • la volonté de manipuler un groupe de personnes « fragiles », ce qui donne naissance à des mouvements comme des sectes ou des mouvements complotistes
  • la volonté de déstabiliser une société en faisant douter une population de la parole des experts (stratégie russe en occident)
  • la volonté de créer une propagande pour asseoir son pouvoir ou sa réputation

Ce dernier point peut aussi être bien intentionné lorsqu’il s’agit de galvaniser des troupes dans le cas de défense de son territoire par exemple.

Elle est également nécessaire pour se sortir de situations compliquées : détourner l’attention d’un voleur qui vous braque, ou lui dire que vous avez un chien méchant. Elle permet également lors de conflits entre pays de mener en bateau l’autre pays.

Définition de la désinformation
Shares

Pourquoi la désinformation fonctionne ?

Notre cerveau est déstabilisé par ce qu’il ne comprend pas. Naturellement nous cherchons une explication aux situations et comportements qui sortent de notre ordinaire.

Et plus la situation est surprenante, plus nous sommes capables d’accepter des explications complexes (pour ne pas dire farfelues). D’ailleurs, entre une explication simple, logique et une explication élaborée, beaucoup d’entre nous choisiront l’élaborée. Elle dénote du savoir et de l’intelligence supérieure de celui qui l’annonce. Alors qu’on se dit que l’explication logique est trop simple pour être vraie.

D’ailleurs l’approche scientifique pour expliquer un fait, est toujours de privilégier le plus simple et le plus logique ! Un cercle qui apparaît dans un champ en pleine nuit a plus de chance d’avoir été fait par des fêtards ou un blagueur que par une soucoupe volante …

Et c’est là qu’intervient la désinformation. Il faut élaborer des explications (désinformation) qui sont à la fois compréhensibles, plausibles et complexes pour que ceux qui les reçoivent soient tellement heureux d’arriver à comprendre qu’ils les propagent à leur tour (mésinformation).

Les différences de perception

En plus de nuire dans la construction d’une information fausse, il peut aussi y avoir un défaut de compréhension de l’information.

D’un événement

Chaque événement a une ou plusieurs interprétations. Voici quelques exemples que j’ai rencontrés en entreprise :

  • Un Product owner pense qu’il est le lien du client avec l’équipe. Tandis que l’équipe peut trouver que le product owner est un obstacle à leur communication avec le client.
  • Le management peut penser que sans un pilotage par indicateurs l’équipe n’avance jamais. L’équipe quant à elle trouve qu’elle passe beaucoup de temps à calculer des indicateurs au lieu d’avancer
  • Le client demande à l’entreprise prestataire de faire un devis pour chaque activité différente du contrat initial. L’objectif étant de ne pas avoir de surfacturation. L’entreprise prestataire se trouve obligée de facturer au plus juste chaque activité : ils doublent voire triplent la facture de certaines activités car le devis nécessite plus de temps à réaliser que l’activité elle-même.

Dans chacun de ces cas, les événements confortent chaque partie dans sa croyance au lieu de se rejoindre sur un terrain bénéfique à chacun.

Dans les cas de conflit, chacun recourra à la malinformation pour avoir raison.

D’un texte

Un même texte peut avoir plusieurs interprétations. La sémantique et la ponctuation jouent en effet beaucoup sur l’interprétation.

Dans ce cas, des personnes peuvent manipuler les autres en créant une désinformation à partir d’éléments soi-disant factuels car issus d’un écrit, mais en occultant le sens légitime.

Mais aussi, des personnes de bonne volonté peuvent malgré eux transmettre des mésinformations par incompréhension de ce qu’ils ont lu.

D’une parole

La communication orale est très complexe. Entre ce qu’une personne veut dire, ce qu’elle dit, ce qu’on entend et ce qu’on comprend, il y a de nombreuses façons de ne pas saisir l’information exacte qui doit circuler.

Sous cette forme orale, la communication génère beaucoup de mésinformation. En effet, avec le « téléphone arabe » on peut arriver à des informations complètement fausses dans une chaîne de communication. En plus, une personne douée pour manier la langue pourra aisément vous tromper sans avoir dit une seule fois une information fausse ! Le français est riche en homonymes, synonymes, figures de styles et autres artifices qui peuvent faire comprendre des choses complètement différentes aux interlocuteurs. Si on y ajoute le jargon on se retrouve dans une situation très propice à la fausse information.

Comment se prémunir de la désinformation

La première chose à faire pour se prémunir de la désinformation c’est déjà de s’y intéresser et de se rendre compte à quel point il est facile de tomber dedans. En lisant cet article vous faites déjà un bon pas dans ce sens.

Ensuite, soyez curieux et sceptique quand vous apprenez une nouvelle information. Pensez à vérifier les sources (le gorafi est une lecture humoristique mais n’est pas une source fiable quand il s’agît de chercher des vraies informations …), croisez-les sources pour comprendre tous les arguments.

Enfin, lorsque vous partagez vous-même une information, soyez francs sur sa fiabilité. On déteste dire qu’on ne sait pas quelque chose. Essayez donc, lorsque vous devez donner une information que vous ne maîtrisez pas il vaut mieux ne rien dire ou signaler le manque de fiabilité de votre information !

Produits qui pourraient vous intéresser :

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Inscrivez-vous à notre newsletter !

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Inscrivez-vous pour être notifié des nouveaux articles postés ;)

Bravo, vous êtes inscrits !

Pin It on Pinterest