Accueil > Blog > Besoin de reconnaissance

Besoin de reconnaissance

par

Lorsqu’on réalise quelque chose, ou qu’on parle à quelqu’un, il est rare qu’on le fasse pour soi-même. Il y a quelqu’un ? Qui me regarde ? Répondez-moi ? Est-ce que j’existe ? Les enfants, les adultes, les jeunes sur les réseaux sociaux, moi… On se pose tous ces questions. On a tous besoin de reconnaissance, de ne pas parler dans le vide, de ne pas poster ses photos / vidéos quand personne ne s’intéresse à nous.

La reconnaissance conditionnelle :

Quand je rends un article, un diaporama ou un dossier au travail j’attends un retour. Quand un youtubeur poste une vidéo il demande des retours. On peut se dire que ce qui m’intéresse c’est le SEO ou ma promotion et lui l’algorithme. Mais en réalité il y a un besoin plus profond. Celui de reconnaissance de notre travail. Savoir que ce qu’on a réalisé apporte une satisfaction ou répond à un besoin. C’est ce qui nous donne envie de continuer ou parfois d’abandonner.

La reconnaissance conditionnelle est celle qui est rattachée à une réalisation particulière. Elle peut être positive ou négative :

  • Le rythme de la vidéo est impeccable
  • Les transitions sont à améliorer
  • Ce dossier est incomplet
  • Cet article a répondu à un de mes questionnements.

Le reconnaissance conditionnelle reconnaît le travail ou n’importe quelle réalisation de l’autre. Elle est conditionnée par le résultat. Le besoin de reconnaissance chez quelqu’un est souvent positionné sur ce type de retours.

La reconnaissance inconditionnelle

La reconnaissance inconditionnelle est plus générale. Comme son nom l’indique, elle n’est conditionnée par aucun résultat. Elle aborde notre être dans son ensemble, qui nous sommes, et non pas une de nos réalisations. Elle a beaucoup de pouvoir moteur comme destructeur.

Voici quelques exemples de reconnaissance inconditionnelle :

  • Tu es rayonnante
  • Tu es bon toi !
  • Vraiment, tu as deux mains gauches …

Pourquoi donner des “strokes” en tant que leader

Le leader doit encourager son équipe, il doit l’emmener au bout de la réalisation, du projet, …

Or chacun de nous a besoin de strokes. Certains chercheront des signes de reconnaissance (positifs ou négatifs) plus fréquemment que d’autres. Et lorsque quelqu’un n’a pas le bon niveau de strokes dont il a besoin, il peut diminuer ou augmenter son niveau d’investissement pour attirer l’attention.

J’en vois déjà parmi vous qui se disent “super si ça augmente” ! Mais en fait non, c’est très mauvais signe. Car si un membre de l’équipe sent qu’il doit s’épuiser pour être remarqué par le manager, il y a des grandes chances qu’il révise son CV en parallèle.

En tant que leader, votre job est de donner les bons signes de reconnaissance à la bonne fréquence à chaque membre de votre équipe. Pas besoin d’en faire trop. “Merci pour le dossier j’ai tout ce qu’il me faut” est un stroke. “Merci pour le livrable, telle partie est à revoir” en est un également.

En conclusion

Comme je le disais dans l’introduction, il serait bien plus efficace et bénéfique de ne réaliser des choses que pour nous-mêmes. Cela évite de dépendre de la reconnaissance de l’autre, et donc évite de subir la pression sociale, que nous nous mettons souvent seul.

Mais dans une position de leader, de manager, de supérieur, de parent, de client, ou n’importe qu’elle figure d’autorité, il faut avoir conscience que la plupart des autres auront un besoin de reconnaissance de notre part. Donnez-leur et ils seront d’autant plus motivés pour poursuivre leurs réalisations !

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Suivez nous


Quel Manager de Dix pour cent êtes-vous ?


Ne ratez aucun article !


Inscrivez-vous à notre newsletter !

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Inscrivez-vous pour être notifié des nouveaux articles postés ;)

Bravo, vous êtes inscrits !

Pin It on Pinterest